Test : Capcom Fighting Collection garde cette nostalgie toujours intact ?

News

Habituellement les compilations de Capcom faisaient la part belles à leur série phare Street Fighter dont on ne compte plus les aficionados. Désireux de se réinventer ces derniers nous offrent aujourd’hui une vision toujours plus nostalgique de leur travail en nous abreuvant de la totalité de l’une de leur réussite pourtant restée trop longtemps dans l’ombre et répondant au nom de Darkstalker. Cerise sur le gâteau cette nouvelle compilation ajoute en son sein quelques pépite dont nous feront état juste après.

Premier état des lieux avec le menu qui derrière un classicisme non dissimulé annonce la couleur ; jeu hors ligne ( surement l’endroit où l’on passera le plus de temps afin de s’entrainer ou à découvrir chaque licence présente sur cette compilation ), jeu en ligne ( pour tester vos skills et c’est en soit une excellente nouvelle puisque le serveur semble très stable ), le musée qui comme à l’accoutumée accueillera une multitude de contenu annexes parmi lesquels des artworks, des musiques et autres joyeusetés dont nous vous laissons la découverte ), le palmarès et les options ( qui vous ouvrirons le chemin d’un jeu personnalisable à l’infini )

Darkstalkers pour les novices reprends la rythmique des jeux de combat 2D dans un univers « catlevanien » ; entendez par là l’époque où les vampires côtoyaient les créatures de la nuit ( loup garou et autre mort vivant ) tout en y créant un folklore propre. Vous ne serez donc pas dépaysagé devant les inspirations qui ont su au fil du temps se faire leur place dans cette série vraiment efficace et dont les combos meurtriers peuvent à eux seuls faire fondre la barre de vie de n’importe quel adversaire. Les commandes répondent avec une minutie certaine et ne demanderont pas très longtemps pour se faire apprivoiser faisant de ce fait un atout non négligeable pour qui découvrirai la série aujourd’hui. Ce sont donc non pas un épisode comme je vous le disais en préambule mais bien cinq épisodes qui répondent à l’appel, cinq épisodes où l’on pourra apprécier chaque variante et amélioration de gameplay faisant de ces titres qui se composent de Night Warriors, Vampire Savior 1 & 2, Vampire Hunter et Darkstalkers’ Revenge.

Une fois les Darkstalkers pris en main, la collection ne vous lâchera pas de si tôt puisqu’elle vous proposera tout de même son petit lot estampillé Street Fighter comprenant son habituel Hyper Street Fighter II : The Anniversary Edition qui n’a plus rien à prouver en terme d’efficacité tant le jeu de combat aura su au fil des années se faire respecter par une communauté toujours grandissante puisque jouée encore aujourd’hui par un nombre impressionnant de passionnés.

Là où cette collection nous surprends c’est sur l’arrivée des jeux suivant comprenant les très sympathiques et addictifs Super Gem Fighter et Super Puzzle Fighter II Turbo ! Non, vous ne rêvez pas, en plus de vous proposer un contenu où le combat est à l’honneur, Capcom nous gâte avec l’autre forme de versus fighting dont la réflexion viendra remplacer l’utilisation des poings mais pas complétement puisque nous sommes toujours dans la sphère Street Fighter ! En effet, vous aurez le choix entre un jeu très proche d’un Tetris Like avec Super Puzzle Fighter II Turbo où il vous faudra empiler des petits carrés de couleurs afin de créer de les transformer en plus grand carrés puis de les faire exploser à l’aide d’une sphère de même couleur arrivant de façon aléatoire ayant pour résultante l’envoi de malus chez votre adversaire qui devra a son tour se démener afin de contenir l’assaut. Bien évidemment le but ultime de ce jeu est d’éviter que les colonnes n’arrivent en haut de l’écran si vous souhaitez éviter le GAME OVER. Comme toujours d’autres subtilités viennent étoffer le gameplay mais nous préférons vous laisser découvrir la magie de ces joutes qui sauront animer vos soirées.

Super Gem Fighter quand à lui se rapproche tout de même plus du jeu de combat traditionnel mais en ajoutant un subtilité non négligeable : les gemmes de différentes couleurs ( bleue, jaune et rose/rouge ) vous permettant de remplir une jauge qui une fois pleine vous ouvriront l’utilisation de combos dévastateurs. L’autre nouveauté de ce titre si l’on peut la qualifier ainsi réside dans son choix de trame humoristique ; les personnages sont dessinés de façon « chibi » dont les mimiques et autres déplacements porteront à sourire. Bien décidé à ne pas se prendre au sérieux, les backgrounds de chaque personnage vous expliqueront que nous ne sommes clairement pas ici pour remporter un tournoi mais plus pour prouver à l’autre qui est le plus beau tout en utilisant tous les moyens afin de se faire entendre en se retrouvant par exemple en tenue d’infirmière munie d’une seringue géante pour ne citer qu’elle ! Chaque personnage ayant ses variantes hilarantes, nous avons prit à ce sujet un plaisir et non des moindre à chercher qui devenait quoi, et croyez moi, les surprises sont au rendez vous !

Mais si nous devions retenir UN jeu de cette compilation, et je vois déjà certaines voix s’élever devant l’incompréhension de ce choix, je vous le dis et j’assumerais pleinement ce propos c’est évidemment devant Cyberbots: Fullmetal Madness qu’il faut se tourner. Alors évidemment tout change avec ce titre ; nous ne sommes plus avec un jeu de combat mêlant des humains mais plutôt dans des méchas ( robots géants ) pilotés par des humains ( dont un clone de Ryu ! ) à l’allure et l’aura diamétralement opposée mais c’est également ce qui à mon sens fait la force d’un titre qui demandera un certain temps d’adaptation de par son manque de souplesse et qui une fois l’effet digéré vous ouvrira toute sa beauté. Alors oui, il faut aimer le coté mécanique de la chose mais les possibilités de combos sont plus qu’intéressantes puisqu’on vous donne le droit par exemple de lancer des éléments sur place qui pourront avoir un impact certains si vous placez vos coups suivant de manière intelligente. Là encore la magie opère, puisqu’à l’écran les effet sont juste incroyable pour qui aime la beauté des sprites 2D nous faisant de plus en plus défaut aujourd’hui à l’ère de la 3D.

Enfin vous avez également Red Earth qui vous propose un choix de quatre personnages ( oui seulement quatre ) au travers de combats où chaque victoire vous permettra d’augmenter les capacités de votre personnage mais également de reprendre le jeu là où vous l’aviez laissé grâce à un système de mot de passe. Exigent dans son approche ce dernier saura vous faire transpirer mais se montrera également très généreux malgré les apparences tant chaque boss affronté est une épreuve en soit. Je le qualifierai presque de « jeu de combat darksoulien » tant la jauge de vie de votre adversaire sera à elle seule le premier indice sur le challenge vous attendant. La bonne nouvelle de ce titre tient dans la diversité de ses affrontements et il ne sera pas rare de se laisser surprendre sur la qualité graphique et l’imagination dont on fait preuve les développeurs de l’époque.

Enfin que serait une compilation sans ses ajouts de filtres et autres possibilités de personnalisation rendant l’expérience plus agréable si vous ne cherchez pas le challenge mais plus une façon détournée de finir le jeu sans forcer. Ajoutez à cela le musée qui prolonge l’aventure et vous voilà prêt pour des dizaines d’heures de jeu si vous souhaitez tout terminer.

Conclusion

Oui la nostalgie est toujours intacte! La Capcom Fighting Collection semble destinée avant tout aux amoureux de la série Darkstalkers cela ne fait aucun doute! Pour autant et même si vous ne connaissiez pas la série mais que vous êtes fan de jeu de combats 2D, il n’y a pas à hésiter une seule seconde sur l’achat de ce dernier. Avec un habillage soigné, ses filtres permettant de s’inventer sa propre expérience, ses musiques d’anthologie et la diversité proposée vous tenez la une dose de gaming old school qui pour certains les rappelons à leurs bons souvenirs même si nous aurions aimé un peu plus de diversité dans le choix proposé ( Rival Schools pour ne citer que lui avec l’arrivée d’Akira dans le pass de Street Fighter V aurait par exemple été un choix judicieux )

Plus
  • Darkstalkers dans son intégralité
  • Un musée plus que généreux
  • Super Puzzle Fighter II Turbo
  • Cyberbots !!!
Moins
  • Trop de Darkstalkers ?
  • Choix du line up de la compilation

Comme toujours nous remercions Capcom sans qui se test n’aurait pas été possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.