[Test] Evil Dead: The Game – L’hommage à la licence tant attendu?

News PC PlayStation Tests Xbox

C’est en 1981 qu’a débutée la trilogie horrifique de Sam Raimi. L’histoire de cinq vacanciers qui n’avaient rien d’autre à faire que de partir en weekend dans une cabane sinistre au beau milieu d’une forêt encore plus lugubre. Dans la cave: un vieux magnétophone nous narrant les aventures du précédent locataire qui s’était retiré ici pour étudier le Necronomicon. Un ouvrage relié en peau humaine auquel l’ami Ash Williams va vite devenir étroitement lié. 2022: il semblerait que le démon Kandar n’ait pas encore dit son dernier mot! C’est donc armé de sa tronçonneuse et de son fusil de chasse (acheté chez Prixbas?) que notre héros en compagnie de quelques acolytes va tenter de refermer le livre à condition de survivre à cette nouvelle nuit d’horreur…

Ceci est un… Une baguette magique !

Après plusieurs adaptations plus ou moins fidèles à la trilogie, Saber Interactive et Boss Team Games font avec Evil Dead: The Game* le choix de nous offrir une nouvelle expérience en multijoueur asymétrique. Un genre assez tendance ces dernières années avec des jeux tels que Friday the 13th ou Dead by Daylight (dans lequel vous pouvez d’ailleurs incarnez Ash).

Pour bien débuter l’aventure, je vous recommande de faire un petit détour par la case tutoriel qui vous permettra d’apprendre les bases en tant que survivant mais aussi en qualité de démon. De quoi découvrir les tenants et les aboutissants des deux factions que nous allons découvrir ensemble plus en détails…

Un mode solo court mais qui a le mérite d’exister!

Un mode solo est également proposé une nouveauté assez inattendue qui n’avait pas été présentée durant la phase de bêta à laquelle j’avais participé. Ce dernier est composé de cinq missions présentées de façon assez originales et qui retrace les mésaventures de nôtre héros et de ses compagnons d’infortune. Comptez /3 heures pour en venir à bout et débloquer de nouveaux personnages. Je vois déjà les amateurs de jeu solo crier au scandale au sujet de la durée mais ce petit « bonus » à le mérite d’être présent même si je n’aurais pas été contre quelques aventures de plus comme la bataille finale de L’armée des ténèbres (Evil Dead III) qui aurait été assez sympathique…

Mais en tant que fan, j’ai aimé retrouver certains décors familiers, les répliques cultes que j’ai plaisir à entendre après tant d’années. Bravo aux développeurs pour ce fan-service qui fait plaisir à voir et nous offre enfin ce que l’on pouvait espérer d’une adaptation sur ce point!

Sauver ou détruire le nécronomicon?

Maintenant que les commandes n’ont plus de secret pour vous, il temps d’entrer dans le vif du sujet: le mode multi! Plusieurs modes de jeu s’offrent donc à vous:

  • Joueur contre joueur: contrôlez l’un des 4 survivants ou les forces démoniaques pour vaincre les forces adverses.
  • Joueur contre l’IA: Tentez de renverser le mal entre amis ou seul accompagné de trois personnages gérés par l’IA.
  • Partie personnalisée: Jouez selon vos propres règles!

Le choix de la classe est un point primordial quel que soit le camp par lequel vos allez commencer. Chaque typologie de héros dispose de ses propres compétences et il est important de prendre celui ou celle qui vous semble le plus adapté à votre manière de jouer.

Restons groupés!

Du côté des survivants, la partie se joue en plusieurs étapes réparti sur l’une des maps (elles ne sont qu’au nombre de deux pour le moment) assez immense par contre:

  • Réunir les pages du Necronomicon,
  • Retrouver la dague de Kandar
  • Renvoyer les cadavéreux dans les ténèbres

Le tout doit être réalisé en trente minutes ce qui est suffisant en temps normal mais passera très vite si l’ennemi est du genre tenace… Vous démarrerez sans le moindre équipement! Il faudra donc très rapidement crafter armes et accessoires. L’arsenal va du couteau de chasse à la tronçonneuse sans oublier les armes à feu qui sont assez efficaces mais limitées en terme de munition. Le tout dispose également de différents niveaux de rareté ce qui permet en jouant à plusieurs de ne pas avoir une copie conforme de l’équipement.

Vous aurez également la possibilité de trouver des amulettes visant à apporter une sorte de bouclier, des canettes de shemp’s pour régénérer votre santé et de quoi améliorer vos compétences en cours de match avec de petits collectibles. Les déplacements sont assez fluides dans l’ensemble et peuvent se faire à pied ou en véhicule.

Un véhicule ne sera pas de trop pour vous déplacer selon la zone ciblée

Il est également recommandé de rester groupé. En effet, vous disposerez d’une jauge de peur qui montera progressivement. Elle montera de différentes façons et le seul moyen de la réduire est de trouver une source de lumière tel que des allumettes pour faire un feu ou une demeure peu charmante mais qui fera parfaitement l’affaire. Si vous ne trouvez pas de source de lumière, attendez-vous à être posséder par l’ennemi. Un risque à ne pas courir pour la survie de votre équipe qui passerait de vie à trépas en peu de temps…

Les affrontements entre survivants et démons sont assez punchy avec de jolis finish him qui vous permettent d’achever l’adversaire dans un bain de sang juste en pressant le stick droit (pour les versions consoles).

A chaque fin de partie, un classement apparaîtra avec vos performances tout au long de la partie et vous donnera de l’XP. L’occasion de monter vos compétences mais sachez que ce process s’avère long et fastidieux donc fera décrocher quelques joueurs rapidement…

Jusqu’en enfer!

Il est temps de s’attarder sur le cinquième joueur: le mal! La galerie de personnages est similaire au forces adverses mais offre bon nombre de possibilités.

Dixit la vue à la troisième personne pour laisser place à une immersion totale en caméra subjective. Votre première mission sera d’amasser de l’énergie dans les bois afin de déployer vos troupes pour empêcher les survivants d’atteindre leur but. Quelques cadavéreux ne feront pas le poids face à quatre survivants enragés mais pourrez user et abuser d’autres subterfuges comme des pièges ou encore différents outils pour apeurer les vacanciers (j’avoue que frapper l’ennemi dans la peau d’un arbre mais aussi la main de Ash dissimulée dans un coffre étaient des procédés assez efficace).

Même si j’ai trouvé assez géniale l’idée de jouer le démon Kandar, j’aurais aimé retrouver une ambiance plus anxiogène. Les survivants sont parfois plus forts que l’agence tous risques et les terrifier n’est pas toujours simple…

Mais sur le long terme?

On ne peut que saluer le travail fait avant la sortie par le studio qui nous offre ici un titre assez complet. Cependant avec deux maps et une montée en compétences assez limitée, je crains que bon nombre de joueurs passent rapidement à autre chose. Espérons que les différents modes se mettront ensuite régulièrement à jour avec de nouveaux DLC pour faire durer le plaisir durant de longs mois voire années…

Il faut également espérer que l’aspect cross-plateforme bénéficiera de quelques améliorations. En effet, quelques difficultés ont été rencontrés entre les joueurs PC et consoles durant les sessions multi qui par contre est relativement fluide sur les autres supports.

Conclusion

En grand fan d’Evil Dead, je me réjouissait de la sortie du jeu depuis les premières annonces. Durant de nombreuses heures, j’ai aimé retrouver cette bande de joyeux drilles dont les fans partagent les aventures depuis de nombreuses années. Malgré quelques petits défauts qui (je l’espère) seront rapidement corrigés, Evil Dead: The Game saura ravir les amateurs de jeux multi mais aussi les plus nostalgiques avec quelques missions solo de qualité et un fan service au top.

Points positifs
  • Fidèle à l’univers de la saga et de la série
  • Très fluide graphiquement
  • Les missions solo
  • Le doublage original
  • Du gore à foison
  • Le cross-plateforme…
Poits négatifs
  • Qui est parfois un peu capricieux
  • Seulement deux maps
  • Une progression trop lente
  • Un peu répétitif à long terme

*Test réalisé sur Xbox Séries et PC à partir de versions fournie par l’éditeur que nous remercions pour sa confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.