[Test] Gerda: A flame in Winter – DONTNOD entre en guerre

News Nintendo PC Tests

Très attendu par les amateurs de jeux narratifs, c’est le 1er septembre que Gerda: A flame in Winter est arrivé sur PC et Nintendo Switch. Un titre bien décidé à renouveler le genre que l’on doit au studio Danois Portal Play et qui aura vu le jour grâce au studio DONTNOD qui signe ici son premier titre en qualité d’éditeur.

Retour au pays

1939, gare de Tinglev, au Danemark: un train arrive en gare débarquant de nombreux voyageurs accompagnés de l’air joyeux d’un accordéoniste. Un couple s’étreint une dernière fois sous la neige tandis que débarque Gerda, une jeune infirmière ayant la double nationalité (danoise et allemande) qui profite d’émouvantes retrouvailles après une longue absence.

Le titre débute donc sous le signe des premiers amours de DONTNOD mais comme vous vous en doutez, cette aventure prenant place en temps de guerre ne sera pas des plus joyeuses…

Survivre sous l’occupation

Après cette introduction qui flatte la rétine par direction artistique soignée et inspirée d’artistes scandinaves, nous retrouvons donc Gerda quelques années plus tard. Cette dernière travaille dans un petit hôpital de campagne tandis que son mari Anders lui est garagiste. Cependant, le pays est depuis sous l’occupation allemande et son cher et tendre officie également au sein de la résistance. Ce qui l’amènera à être arrêté par la gestapo. Débute alors le périple de nôtre infirmière au grand coeur qui devra faire face à des choix difficiles…

Ennemis rapprochés

Concernant la navigation, Gerda: A flame in Winter avec une caméra vue d’au dessus. Sur Nintendo Switch, la prise en main s’avère simple et agréable. Vous pourrez donc explorer l’environnement qui vous entoure afin de rassembler divers objets et informations qui vous permettront de progresser dans le récit, d’en apprendre d’avantage sur les divers événements et d’interagir avec les différents protagonistes ce qui comme vous vous en doutez sera l’axe principal du jeu.

Tout comme dans les autres titres de DONTNOD, les choix que vous serez amenés à faire durant les phases de dialogue auront un impact positif ou négatif. Collaborer avec la gestapo ou à contrario refuser aura par exemple un impact positif ou négatif qui affectera la suite de l’aventure et ce avec les deux factions. Ces choix vous offriront de nouvelles opportunités au fil du temps, ce qui offre une belle rejouabilité afin de découvrir les différents tenants et aboutissants du titre.

Vous pourrez également avoir recours au « jet de chance », une opportunité qui en fonction de vos affinités vous permettra de remporter des points de faction ou de caractère. Ces derniers sont une faculté que développera Gerda et sont répartis en trois parties: la compassion, la perspicacité et l’intelligence.

Cet aspect du jeu est assez important puisque la répartition de ces points vous amènera irrémédiablement à l’une des trois fins possibles du jeu. Concernant la durée de vie, il faudra compter 6 à 8 heures pour voir le bout de l’aventure une première fois, compter donc une petite vingtaine d’heures pour découvrir l’ensemble du jeu ce qui en vaut vraiment la peine.

Graphiquement, le titre est dans son ensemble agréable à parcourir même si la patte graphique ne plaira pas à tout le monde. Quand à la bande son, les musiques accompagnes à merveille chaque séquence et nous offrent de ce fait une aventure bien plus immersive…

Conclusion

Avec ce titre plus intimiste, DONTNOD parvient ici à nous prouver une nouvelle fois son talent. Grace à cette collaboration avec Portal Play, le studio nous offre une aventure narrative prenante qui pourra cependant en rebuter certains ne parvenant pas à apprécier sa direction artistique. Cependant, Gerda: A flame in Winter est un titre sur lequel il faut s’attarder tant pour sa rejouabilité que pour la qualité de son scénario.

Points positifs
  • – La direction artistique
  • – Les mécaniques de jeu
  • – Des choix narratifs pas si évidents
  • – Les informations historiques
  • – La rejouabilité
Points négatifs
    • Test réalisé sur Nintendo Switch à partir d’une version fournie par l’éditeur que nous remercions pour sa confiance.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.