[ Test ] Guild Wars 2 : End of Dragons

PC Tests

Si vous pensiez après avoir vaincu plusieurs dragons anciens tels que Zhaitan et son armée de morts vivants, tenu tête aux dieux anciens et échappé à bon nombre de complots en découvrant les secrets cachés de la Tyrie, fait la malheureuse rencontre des Etherlames, ou en voyant vos amis se sacrifier pour la cause que vous seriez enfin tranquille et profiteriez d’un monde de paix ( même si notre description ne couvre pas la moitié des péripéties précédentes ), vous serez heureux d’apprendre que vous serez de nouveau mis à l’honneur dans cette extension sobrement appelée End of Dragons apportant avec elle un nouveau lore et une pléthore d’activités. Toujours élevée au rang de commandant du pacte précédemment ordonné, vous devez une nouvelle fois faire face à la menace grandissante qui mettra à mal votre status ou vos convictions. Attendue de pied ferme comme étant l’extension à ne pas manquer nous vous donnons notre ressenti après de longues nuits de jeu.

Entre tradition et technologie

250 ans, voici le temps qui sépare votre première visite de Cantha entre Guild Wars premier du nom ( avec l’extension Factions ) et Guild Wars 2 : End of Dragons. Un délai plutôt long et apportant avec lui son lot de modifications. Entre temps les civilisations ont changées et leurs connaissances avec elles. Repliée sur elle même la cité a su prospérer et est devenue une cité insulaire où les styles se mélangent. Coincée entre tradition et nouvelles technologie cette dernière plaira aussi bien aux amateurs du japon féodal tant ses inspirations transparaissent qu’aux amateurs de cybernétique. De ces maisons traditionnelles aux cerisiers en fleurs, la nature semble omniprésente et insufflerait à elle seule l’impression d’un calme paisible où la retraite bien méritée d’une aventurière prendrait tout son sens. Le contraste de cette ville étant marqué par une association cyberpunk comme le démontre l’éloquente Néo Kaineng, dénote toutefois avec son caractère dont la stabilité ne tient qu’à un fil et vous étiez loin de vous douter qu’au delà de ce mélange s’initiait une renaissance technologique dont l’impact résultait d’une malédiction, nous ne tarderiez pas à en découvrir le nom ; « Le vent de Jade » puisqu’il sera désigné ainsi aura permis d’ouvrir la voie à la connaissance et à l’utilisation du d’un nouvelle matière permettant à la cité de se fournir en consommable mais vous permettant surtout d’utiliser tous les artifices mis à votre dispositions afin de profiter pleinement de votre séjour. Parmi eux, prônera fièrement votre drone de Jade qui vous sera utile à plus d’un titre. En veillant à toujours stocker avec vous le précieux composant, vous pourrez à tout moment invoquer ce drône qui pourra aussi bien lever actionner des leviers à distance comme vous permettre d’atteindre des zones jusque là inatteignable.

Des vagues et du bois

Péninsule oblige l’eau sera une composante avec laquelle il faudra vous vous habitué. Cela tombe bien puisque l’une des grandes nouveautés de cet extention tient en un mot : Esquifs ! Un nom peu habituel mais désignant une embarcation ( personnalisable par la suite ), de type bateau, qui en plus de vous permettre de voguer au gré de vos aventures tout en vous permettant d’inviter vos amis à bord ( jusqu’à cinq joueurs embarqués ) aura la possibilité de vous faire profiter des meilleurs coins de pêche créés pour l’occasion ! Non, vous ne rêvez pas, la pêche est bien la nouvelle maitrise disponible ( non le nouveau métier ) et reste également très agréable à monter si vous décidiez de vous occuper de la cuisine ensuite grâce à vos prises du jour. Basée sur un gameplay très simple, vous lancez votre ligne ( en y attachant divers appâts ou pas ), puis une fois que le poisson mord à l’hameçon, vous ferrez ce qui aura pour effet de déclencher une mécanique où vous devrez maintenir un curseur dans un déplacement précis, qui, s’il n’est pas réussit, vous fera rater votre prise. Simple d’utilisation, mais terriblement addictif, les heures passées dans cette activité ne nous auront pour autant jamais parues longues.

Des nouveauté dans tous les sens

Outre une histoire nouvellement crée pour l’occasion, vous disposerez de nouvelles spécialisations dites Elite pour chaque classe, au nombre de neuf et qui apportent avec elles leur lot de nouveauté. Nous vous les détaillons ci après mais sachez qu’elles ne sont en aucun cas obligatoire afin de progresser dans le jeu : Différentes armes son ainsi nouvellement disponibles pour ces classes ; ainsi pour les pistolets vous aurez le Guerrier se transformant en Jurelame ( arme en main gauche ) et le Nécromant en Augure ( arme en main droite ), l’utilisation du marteau avec le Rôdeur indomptable ou l’élémentaliste devenant Catalyseur. Le Gardien utilisera une épée en main gauche en devenant Subjugueur, le Revenant sera un Justicier armé d’un espadon. Le Voleur se changera en Spectre pour se servir d’un sceptre en main droite et l’ingénieur restera dans le thème en devenant Méchamancien permettant de se servir d’une masse. Enfin la classe la plus représentée au long de ces mois d’attente qui n’est autre que l’Envoûteur deviendra Virtuose permettant de se servir d’une dague en main droite et sera utilisé en arme à distance. Rappelons que ce dernier peu stocker au dessus de lui des lames etherées à la place de la création de clones et que ces dernières pourront par exemple être utilisées dans les « Chants de lames » pour un effet vraiment impactants. Nous avons préférés resté dans la simplicité tout au long de notre test en nous attelant à conserver notre build nécromant appelé Reaper « Berserk » dont les dégâts occasionnés par l’espadon ne sont plus à prouver. Vous bénéficiez de plus de nombreux sort pour contrôler vos adversaires ou vous soigner en plus de pfiter de deux barres de vies propres à vos changement de status. Cette explication vient donc servir un propos très intéressant : Guild Wars 2 End of dragon n’a pas pour vocation de chambouler vos habitudes, bien au contraire, le jeu se voudra autant généreux que rassurant. Nul besoin de vous lancer dans de nouveaux sorts pour profiter pleinement du contenus. Le jeu est pensé pour les novices, les « casuals » comme pour les hardcore gamers et il le fait avec une facilité déconcertante puisqu’au delà d’un quantité astronomique de classe, les gameplay propres évoluent avec eux, ainsi libre à vous de chercher vos builds en favorisant la simplicité ou la complexité en terme de mécaniques propre. Ajoutez à cela une ouverture aux nouveaux joueurs grâce à un modèle économique plus que satisfaisant et vous tenez là l’un des MMO les plus suivi malgré le poids des années. Le point fort de cette extension tient également dans son ouverture aux guildes, au rassemblement mais également aux activités proposées ou aux différentes évolutions du hall de guilde. L’occasion a d’ailleurs permis d’obtenir une arène dans le hall de guilde qui permet maintenant aux joueurs d’une même guilde de trouver de nouvelles activités qu’elles soient liées au PVP ( joueur contre joueur ) ou au RP ( Rôle Play ) donnant une dimension toujours plus grande au jeu. Chose jusqu’alors compliquée puisque la concurrence n’a d’ailleurs à ce jour jamais réussi à allier les deux et laissant trop souvent les joueurs choisir entre l’un ou l’autre. Guild l’a fait et de quelle manière ! Comme toujours, le end game vous propose aussi des challenge repensés et amélioré offrant un apprentissage sur mesure ; les missions d’attaques vous permettant de grouper à 10 serviront en effet de base d’apprentissage pour vous préparer ensuite aux defi de plus grande ampleur. Au delà de votre classe initiale, il vous faudra aussi apprendre a maitriser certains builds puisque comme tout jeu end game, chaque raid aura également sa demande de spécialisation ou de preuve de réussite sur un nombre X de boss tués. Attendez vous à brusquer vos habitudes mais également à « try hard » tant les demandes des joueurs aujourd’hui sont complexes si vous ne possédez pas de guilde. Comme toujours la récompense sera à la hauteur de l’investissement.

Une continuité éclatante

Graphiquement parlant, Guild Wars 2 : End of Dragon fait dans la simplicité. Le moteur reste le même et les nouvelles zones, qui si elles paraitront assez dépassées pour certain compte tenu du nombre d’années passés dans ce monde enchanteur, continuent de nous surprendre. Loin d’être vide, vous profiterez ainsi des mêmes activités jusqu’alors présentes ( des points de vues à découvrir aux points de héros en passant par les lieux extraordinaires ou les activités annexes remplies de ces événements arrivant sur la carte vous demandant de remplir certains objectifs afin d’obtenir votre précieuse récompense ). La carte du monde est une nouvelle fois mise à profit en vous ouvrant toujours plus sur ce monde qui une fois encore nous fait nous sentir tout petit. Une chose est sure, nous avons toujours le droit de nous demander si Guild Wars 2 s’arrêtera un jour tant la grandeur du monde laisse de la place aux créations, à la redécouverte de zones rencontrées des années avant dans les premières aventures de cette ode à l’aventure. Les personnages haut en couleurs ne manquent pas, l’identité Guild Wars est plus que jamais respectée et la recette marche puisqu’une fois la partie terminée, une douce musique nous revient comme une invitation au retour vers Cantha et ses légendes. Au programme trahison avec Ankka ( personnage charismatique servant d’antagoniste principal tiraillée et aux pensées sombres ) débouchant sur une course poursuite haletante. Une enquête sur un Cantha servi sur un plateau aux protagonistes plus vrais que nature dont le background fouillés ne pourront que vous tenir en éveil. Tous les marqueurs fonctionnent, les doublages français sont toujours aussi plaisant malgré la redondance de la voix utilisées par un même doubleur pour différents personnages. On sent bien toutes les améliorations faites depuis Vanilla qui apportent à elles seule une profondeur aux cartes telles que Maguuma. La présence du sixième dragon de cette extension a, à elle seule portée notre aventure tant elle diffère des habitudes que nous avions eu par le passé. Nous remarquons toute la profondeur des conséquences du tsunami provoqué par Zhaitan jusqu’à Cantha ce qui insuffle une continuité dans notre périple avec la prise en compte des changements lié au lore et nous ne pouvons que rester admirateur d’un tel travail. Enfin et c’est toute notre admiration qui ira vers cette dernière remarque, nous avons vraiment apprécié le retour de groupes liés au Cantha de Faction qui n’ont pas été oubliés et permettront pour les joueurs n’ayant pas parcouru ces temps anciens d’avoir une approche plus juste d’une politique se mettant en place à l’époque avec la présence du ministère de la pureté qui semble avoir été complétement renversé en 250 ans alors qu’il semblait prendre les rênes du pouvoir à la fin de Faction. Cela introduit une donc tous les changement pouvant se produire et donnant ainsi vie à un nouveau Cantha à découvrir et recelant d’histoire. Une réussite à n’en pas douter.

Un retour ancré de nostalgie

Guild wars 2 : end of dragon est une excellente extension pleine de promesses tenues qui sauront s’égrainer au fil des heures de jeux remplissant un compteur dont les activités ne manqueront pas de faire doubler le chiffre initial. Avec le jade et les nouvelles maitrises, le jeu ouvre une nouvelle dynamique de gameplay plus cérébrale par moment et apporte au jeu un vent de fraicheur salvateur. Vous prendrez toujours autant de plaisir à arpenter les terre de Cantha tant sa nouvelle vision saura vous surprendre. Que ce soit avec votre deltaplane, votre dragon, ou votre raptor, les lieux gagnent en magies autant qu’en dramaturgie et cette recette inchangée fonctionne toujours à merveille tant elle arrivera à vous cueillir et c’est juste ce qu’on nous attendions d’une telle épopée. Guild Wars 2 : End of Dragons rempli sa feuille de route de la plus belle des manière, de manière addictive en touchant avec justesse là où nous l’attendions !

Plus
  • Cantha et sa technologie
  • La dramaturgie toujours présente
  • Une liberté folle
  • Un end game « sur mesure »
Moins
  • Quelques textures disgracieuses

Comme toujours je remercie l’éditeur m’ayant gentiment offert une clé du jeu, me permettant de vous fournir ce test sans spoil 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.