[Test] Monster Hunter Rise PC

PC Tests

Il y a des licences qui fortes de leur communauté ne cessent de grandir et de relancer la machine à chaque nouvelle machine sortant sur la marché. Ainsi après avoir conquis la PS4 avec Monster Hunter World/Iceborne, vint le tour des nouvelles aventures sur Nintendo Switch avec un titre résolument porté vers la nouveauté qui fort d’un succès incontestable fait dès à présent parti du catalogue PC. Même si, pour certain ce nouveau titre estampillé du mot Rise n’est plus un secret nous allons pourtant revenir dessus et vous dire si oui ou non, Monster Hunter Rise est à n’est pas douter incontournable !

L’essence de la chasse

Monster hunter pour les nouveaux venus est en fait un jeu axé autour de la chasse de monstres fantaisistes dont les espèces ne se comptent plus. Pour faire simple, chaque monstre dispose d’un pattern à connaitre afin d’éviter les dégâts ; nous sommes à mi chemins dans le die and retry et le bon ARPG vous proposant de chasser un monstres avec seulement trois vies, pas une de plus ( sauf cas exceptionnels ). Différents outils sont mis à votre disposition : potion ( vie, antidotes etc ), poussières ( à utiliser pour soutenir vos alliés et ainsi éviter une mort certaine ). Le concept bien que remanié version après version vous mets donc dans la peau d’un chasseur ( homme ou femme ) dont la mission est très simple au départ : un village se fait attaquer par un mystérieux ennemi ou un phénomène amène une faune à changer de comportement : à vous de régler ce problème en sauvant le village et par extension ses habitants. Pour se faire vous disposez d’une multitudes d’armes aux gameplay totalement différents allant de l’épée longue au marteau en passant par l’insecto glaive ( arme combinant le maniement d’un bâton à celui d’un insecte pouvant affaiblir les parties des monstres ). Étape une on chasse le monstre, étape deux : on tue le monstre et étape trois on dépece le monstre afin de fabriquer arme et armures. C’est donc ici que vous prenez les traits de votre avatar qu’il vous faudra justement définir et autant vous le dire, l’éditeur de création se veut très généreux ; tout ou presque est entièrement paramétrable, de la forme des yeux, du visage, leur couleur, le maquillage, la corpulence ; tout ou presque y passe et vous permettra de générer LE personnage vous correspondant le plus. La voix de ce dernier est d’ailleurs disponible et vous proposera également trois choix : l’anglais, le japonais, et la langue Monster Hunster pour plus de rôle play ( même si nous avons comme à notre habitude choisi le japonais qui reste selon nous la meilleure version ). Une fois votre avatar créé, il suffit de lui choisir un petit nom : Gamecover pour nous : étonnant ?! Et à vous la joie des deux autres séances de customisation ; en effet en plus de pouvoir customiser votre palicot ( votre fidèle acolyte depuis de nombreuses années représenté sous les traits d’un chat ! ), vous aurez également à créer votre deuxième compagnon avec cette fois un chien répondant au nom de Chumpsky. Ce dernier en plus de vous aider au combat vous servira de monture et croyez moi au départ et pour mieux appréhender les zones au potentiel intéressant ne sera pas de trop afin de vous permettre d’atteindre rapidement votre objectif ( que ce soit un monstre ou des lieux de récoltes/farm mais nous y reviendront plus tard ). Une fois fait vous voilà lancé dans la grande épopée que représente chaque Monster Hunter !

Il était une fois Kamura

Vous débarquez donc fraichement dans cette nouvelle ville du japon nommé Kamura. Premier constat, la ville vous servant de hub est très bien pensée et si vous pensiez vous y perdre, vous faites fausse route! Tout à été pensé de manière simple, un seul coup d’oeil entre deux quêtes et vous voila déjà chez vous. Vous démarrez la partie en franchissant un petit pont vous ouvrant la voie de la ville où comme à chaque fois le « chef » vous attends. Cette première zone abrite vos premières commodités : l’intendante vous ouvrant les quêtes du mode solo ( appelé quêtes village ). Ces dernières fonctionneront toujours de la même manière : vous commencez à accomplir un certain nombre d’entre elles puis elles débouchent sur une « quête urgente » qui vous ouvrira la voie du palier suivant. Chaque palier est ainsi segmenté en étoile ( 1 étoile étant le plus bas niveau , puis deux, trois et jusqu’à sept en mode multijoueurs ). Ces dernières servant avant tout de tutoriel ou d’apprentissage dans la maitrise des armes qui se comptent en dizaines. Sur ce premier plan du village d’autres marchands viennent compléter le tableau : vendeur de fourniture de premier ordre ( potion, munitions et autre choses très utiles à tout bon chasseur qui se respecte ), cuisinier ( dont les plats sous formes de daigo – 3 boules de nourriture tenu sur un bâtonnet aux gouts et aux effet variés sauront vous octroyer différents bonus en combat : bonus défensif/offensif etc ), forgeron d’arme/d’armure pour vous et vos acolytes poilus, chef du village vous donnant quelques consignes, boite aux lettres sur laquelle trône fièrement un ami félin vous ouvrant les mises à jours des quêtes événements mais également la création de salles de parties multijoueurs .

En avançant légèrement sur votre gauche vient le tour du hub multijoueurs en vous enfonçant dans une petite salle recouverte de pétales.Ici tout équivaux à la précédente partie à la différence que vous y retrouvez votre progression multijoueurs totalement détachée de la partie solo mais vous permettant de vous stuffer bien plus facilement que si vous faisiez le jeu seul. En effet vous avez la possibilité de lancer vos quêtes mais surtout de demander l’aide des joueurs connectés en même temps que vous dans le plus aléatoire des tirages ; vous tomberez ainsi avec des joueurs confirmés voulant vous aider comme sur des personnes commençant le jeu. La quête lancée peut ainsi accueillir jusqu’à quatre joueurs dont vous. C’est également la seule zone du jeu où rejoindre vos compagnons ( jusqu’à trois amis ) de manière physique : vous verrez donc vos amis et c’est une très bonne nouvelle même si nous aurions préféré une plus grande quantité de personne pouvant être ajouté à cette salle comme il était déjà possible sur Monster Hunter World et la grande salle. Nous gardons espoir que cela soit réalisable sur la prochaine extension mais dans la mesure où celle ci sortira sur Switch cela nous semble peu probable. Il y a également le maitre d’arène et ses défi arène où le timing et le skill auront une place prépondérante sur l’ensemble ; un seul cri de guerre en lançant ces dernières : c’est lui ou vous. Ces quêtes même si elles donnent de l’équipement très intéressant ne vous rendront pas la tache facile et nous ne saurions trop vous conseiller de vous lancer seulement si vous maitrisez les armes et êtes rompus aux codes de Monster Hunter d’une façon globale. La partie la plus intéressante si l’on fait abstraction des mêmes vendeurs vu dans la zone précédente reste celle du comptoir de quêtes multijoueurs où si cette dernière vous paraitra très simpliste regorge en faite de technicité : vous commencerez en mode novice ( c’est à dire qu’il vous faudra faire les quêtes de une à trois étoiles ) puis de débloquer la quête urgente vous faisant franchir le palier expert ( le niveau expert vous emmènera ainsi de quêtes quatre étoiles à sept étoiles ). Sur votre droite enfin, le village palicot, servant de terrain d’entrainement des chumpsky, mais également l’endroit ou des petits ajout viennent finir de polir ce bijou au combien déjà bien taillé ; ainsi après l’argosy vous servant de point de culture, vous pourrez également voir le nid de votre troisième compagnon tout de plume ; Hibouette ( chouette servant à prendre des photos divers et variées, mais également de faune secrète à découvrir )

Vient ensuite LA nouveauté de cet opus : les calamité ( là encore sept étoiles ). Si l’on devait détailler le genre du jeu bien loin d’un système de chasse aux monstres disposant de patterns à connaitre sur le bout des doigts sous peine de se faire punir, sachez qu’il s’agit ici d’un mode tower defense ou les vagues d’ennemis successifs ne verront leur fin que garce aux multiples possibilités vous étant offertes ! Ainsi en plus de votre armement de base, vous pourrez compter sur différents moyens bien plus radicaux ; vous serez aidé dans vos calamités par l’ajout de baliste, de canons, de mitrailleurs ainsi que de soutient offert par certains protagonistes emblématiques de cet opus dont la capacité à faire du dégâts ne sera ni à négliger ni à utiliser dans la précipitation. Les calamités se déroulant toujours de la même manière quel que soit le niveau : une vague d’ennemis à défaire, puis une autre et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée du boss. Une fois tout ce beau petit monde défait une note est attribuée en fonction des prouesse et des objectifs atteint, « S+ » étant la note maximale. Cerise sur le gâteau, même si l’ensemble ne brille pas part sa re-jouabilité ( cela devient vite lassant ) il faut néanmoins lui reconnaitre un certain charme pour le gain de niveau qui si l’équipe est efficace deviens imparable.

Un gameplay repensé

LA bonne nouvelle du titre est effectivement à mettre au compte de la nouveauté ainsi après les chumpsky et les calamités cité plus haut c’est bien du coté du gameplay pure qu’il faut se tourner. Si tous les anciens MH ( je ne compte pas World/Iceborne ) étaient rigide à souhait, il semblerait que CAPCOM ai trouvé la formule magique du fun à l’état pur en ajoutant la possibilité de chevaucher les monstres afin de leur faire subir plus de dégâts selon deux méthodes : soit les « murer ( comprenez par là qu’on lui mets la tête dans un mur tout simplement ), trois fois de suite en évitant que ce dernier vous désarçonne, soit en allant gentiment se servir de ce dernier afin de taper un autre monstre ce qui aura pour effet de lâcher au sol quelques précieuses matières premières utiles à la création d’armure. L’autre nouveauté est le filoptère ( sorte de lasso vous permettant d’étoffer vos attaques ou juste vous mouvoir plus facilement en vous suspendant ou bout de celui ci ). La palette de déplacement s’en voit donc modifiée et vous pourrez de ce fait courir sur les murs dans tous les sens ce qui vous permettra d’atteindre différents panorama vous ouvrant la voie à quelques surprises dont nous vous laissons le secret pour peu que vous soyez explorateur dans l’âme. Chaque arme possède de plus différents « moove set » bien utiles lorsque vous souhaitez vous spécialiser. La chevauchée des monstres est également une excellente nouvelle même si celle ci facilite grandement le déluge de dégâts ; en effet lorsque vous chevauchez, il vous suffira juste de taper un autre monstre ce qui aura pour effet de remplir une jauge, puis une fois celle ci rempli d’ordonner à votre monture du jour d’effectuer un combo dévastateur. Avec la possibilité de monter deux monstres en même temps autant vous dire que le compteur de dégâts s’affole rapidement, combinez à cela l’utilisation de pièges et vos chasses seront expédiées.

Enfin l’autre élément de gameplay surement plus obscur et très certainement laissé à l’abandon par beaucoup de joueurs réside dans l’utilisation d’un nombre incalculable de bonus complétement dispersés sur la carte ( et croyez moi si au départ ces derniers semble vous faire perdre du temps, il n’en est rien ! ). Ainsi en vous baladant vous pourrez augmenter votre jauge de vie, d’endurance mais également vous protéger de certains fléaux ou d’augment votre puissance d’attaque. Ces bonus sont référencés sur la carte sous la forme de petits insecte et autre petits animaux tels que les écureuils pour ne citer qu’eux. Notre conseil si vous commencez le jeu : prenez le temps de repérer ces bonus et de comprendre leur tracé car une fois ce tracé fait les monstres vous faisant face ne pourront rien contre vous. Monster Hunter Rise réussi donc le pari de vous offrir un jeu généreux ( les contenu des quêtes événements vous gratifiants de skins inédits à l’effigie de Sonic ou d’Arthur de gouls’n’ghost sauront vous tenir éveillé un bon nombre d’heures : deux cent heures de jeu pour venir à bout de toutes les quêtes événements proposées et atteindre le rang 200 seront nécessaire pour peu que vous cherchiez à obtenir vos joyaux SANS PASSER PAR LA CASE TRICHE ), équilibré, dynamique, et fun à souhait et c’est surement ici l’une de ses plus grande faiblesse.

Une ambiance folle

Monster Hunter Rise possède à mon sens le lore le plus intéressant qui soit depuis la création de la saga ; en plus de vous proposer un monstre totalement créé pour l’occasion ( le bien nommé Magnamalo ) c’est bien de l’enrobage dans sa totalité dont il est question ici. Les thème musicaux deviennent entêtant, l’utilisation d’instruments traditionnels japonais: du shakuhachi, du shamisen pour ne citer qu’eux impriment à eux seuls une puissance et c’est sans compter sur la présentation des nouvelles cartes ou des monstres que nous pourront dire le contraire. D’un point de vu trame, le jeu vous tiendra accroché des heures durant le tout mélangeant le suspense, le mélo drame et l’humour à merveille. Un très gros travail d’écriture à une nouvelle fois été réalisé ici et le tout est intégralement traduit en français sans que nous ayons pu relever ne serait ce qu’une seule faute. c’est pour nous une excellente nouvelle et les surprises ne manqueront pas. Si vous pensiez avoir tout vus avec le précédent opus, sachez que celui ci repousse les limites de la narration. A aucun moment un monstre n’est décrié , tout est mis en œuvre pour vous attacher à ce monstre malgré les ravages qu’il peut causer et le Magnamalo est sans conteste une réussite à ce niveau ; à la fois dur et mystique, il saura mettre vos nerfs à rude épreuve pour un final dont dont la maestria ne pourra vous faire qu’applaudir le redu général. Les filtres utilisés finissent de magnifier un genre qui a su se renouveler. Toute fois et si le tableau général semble idyllique nous avons remarquer une faille dans cet ensemble ; à trop vouloir ajouter du fun à son univers au travers de nouvelle mécanique, l’ensemble manque de difficulté et vous enchainerez les monstres sans grande crainte jusqu’au niveau 100. Et c’est à ce moment que le jeu retrouve de sa superbe et vous fera espérer qu’après une telle réussite, sunbreak ‘ futur extension ) soit aussi prenante que le plaisir pris avec ce Monster Hunter Rise dont les texture sur PC sont une pure merveille. Qu’il s’agisse des armures ou des monstres le tout prends une nouvelle dimension si vous connaissiez le jeu sur switch et nous avons réellement apprécié cet upgrade graphique ne nécessitant pas un configuration très imposante, de plus le fait de devoir penser son stuff tant d’un point de vue efficacité ( chaque partie de stuff vous octroiera des bonus, a vous de bien choisir et d’éviter de faire un ensemble complet afin d’augmenter vos statistiques ) que d’un point de vue cosmétique vous emploiera à aller farmer toujours plus de monstres et donc d’apprécier le coté graphique de la chose ; votre avatar prends alors une dimension d’objet à regarder de manière agréable et au vue du nombre de mix possible, vous aurez alors l’embarras du choix. Ce dernier sera en effet votre mannequin et il vous sera alors fortement recommander de chasser avec style !

Pour la horde !

Ici s’achève donc notre test de ce merveilleux Monster Hunter Rise. Comme vous aurez très certainement pu le remarquer, nous avons été conquis par le jeu dans son ensemble avec ses petits piques de difficultés mais en ayant tout de même une justesse dans les changement de niveaux. Les nouveautés sont intéressantes même si les calamités n’était pas forcément la bonne symbiose puisqu’elles dénotent totalement du reste ; un jeu dans le jeu. Le soft propose un contenus très important pour un lancement et nous ne pouvons que féliciter cela, aussi il vous faudra du temps, beaucoup de temps pour maitriser les quatorze armes du jeu! Comme toujours Monster Hunter Rise possède ce petit plus qu’aucun autre jeu ne pourra lui prendre puisqu’il s’agit vraiment d’une licence à part, faite pour être vécue entre amis pour plus de saveur et de moments à vous décrocher la mâchoire. Une réussite en tout point, à essayer de toute urgente si vous étiez encore sceptique !

Plus
  • Une histoire captivante
  • Bande Son magistrale
  • La chevauchée c’est fun !
  • Graphiquement irréprochable
  • Gameplay énorme
  • Accès au multijoueurs simple
  • Des nouveautés judicieuses
Moins
  • Mais un peu trop facile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.