TEST : TMNT : the Cowabunga Collection

News Nintendo PC PlayStation Tests Xbox

L’année 2022 sera décidément riche pour les Tortues Ninja ! Entre la sortie de Shredder’s Revenge en juin, de nouveaux jouets, le gros livre Compendium ou le film animé Rise of the Teenage Mutant Ninja Turtles sur Netflix, les Tortues sont bien occupées ! Et voici que débarque TMNT : the Cowabunga Collection, qui retrace l’histoire vidéoludique des célèbres chevaliers d’écailles et de vinyle. Versions arcade, consoles de salon 8, 16 bits et portable, ce sont 13 jeux jouables seul ou à plusieurs qui sont présents dans cette compilation, adaptés par Konami entre 1989 et 1994. Et les jeux ne sont pas le seul atout de ce titre…
Instinct de conservation


TMNT : la légende

Cette compilation a été chapotée avec amour par Digital Eclipse. On leur doit notamment la Street Fighter 30th Anniversary Collection, et The Disney Afternoon Collection, qui étaient de bon aloi. Nous retrouvons ici pas moins de 13 jeux TMNT, qui s’étalent sur une période de 5 ans. Rien que le ratio de jeux sortis pendant cette époque donne l’amplitude du phénomène initié par le dessin animé. Car au-delà des jeux, c’est la série télévisée lancée en 1987 qui a propulsé la licence en orbite. Malgré des débuts chaotiques, l’adaptation (très édulcorée) des comics de Kevin Eastman et Peter Laird a trouvé son public, et tout est parti de là : des films live, des jouets, des jeux vidéo, et une gigatonne de produits dérivés à l’effigie des héros et vilains de la saga. Si le coeur de cette « Turtle Mania » se concentre dans la période fin 80s, début 90s, elle a su maintenir un certain cap à travers les âges, avec plus ou moins de succès.

TMNT
L’essence d’une époque : entre comics, films, dessin animé et jouets


TMNT : the Cowabunga Collection propose ainsi un voyage temporel, mais comporte aussi divers traceurs de l’évolution de la saga des Tortues à travers les âges, jusqu’à aujourd’hui. Non seulement grâce à tous les titres qu’elle contient, mais aussi avec la quantité phénoménale de goodies présents dans le jeu.

Le sucre et le sel

Commençons par les jeux, composants principaux de TMNT : the Cowabunga Collection. Simple et efficace, une liste s’impose :

Teenage Mutant Ninja Turtles (Arcade)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Turtles in Time (Arcade)
Teenage Mutant Ninja Turtles (NES)
Teenage Mutant Ninja Turtles 2: The Arcade Game (NES)
Teenage Mutant Ninja Turtles 3: The Manhattan Project (NES)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Tournament Fighters (NES)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Tournament Fighters (SNES)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Tournament Fighters (SEGA Mega Drive)
Teenage Mutant Ninja Turtles 4: Turtles in Time (SNES)
Teenage Mutant Ninja Turtles: The Hyperstone Heist (SEGA Mega Drive)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Fall of the Foot Clan (Game Boy)
Teenage Mutant Ninja Turtles 2: Back from the Sewers (Game Boy)
Teenage Mutant Ninja Turtles 3: Radical Rescue (Game Boy)

Evidemment, chaque jeu a son intérêt, et leur appréciation est bien trop subjective pour déterminer comment chacun va aborder cette liste gigantesque. Le premier TMNT sur NES qui a traumatisé une génération de joueurs, la version arcade qui a détruit les comptes en banques de certains, le débat entre le meilleur TMNT 16 bits entre la version Megadrive ou SNES… Chacun ira de sa petite anecdote, car c’est le propre de ce genre de compilation : la nostalgie. Bien entendu, la découverte est de mise pour les joueurs plus jeunes, ou pour les curieux qui voudraient approfondir leurs connaissances dans le domaine du gaming. Parce que oui, ce sont des jeux qui font partie d’un certain patrimoine, et il est intéressant de voir comment Konami a su adapter sur chaque machine l’univers de TMNT pour l’adapter à sa sauce.

On retrouve le ressenti d’un ptit bonbon sucré pour le plaisir de rejouer à certains jeux comme Turtles in Time, ou le sel de la rage avec la difficulté aberrante de Tournament Fighters sur Megadrive par exemple ! L’émulation reprend les défauts des machines d’origine, notamment sur NES, avec des ralentissements et des glitchs présents sur les consoles d’origine. Mais qu’il est possible de corriger en activant certaines options, pour optimiser votre expérience. Au gré des différents jeux, aucune latence n’a été ressentie au niveau des contrôles, ce qui est crucial pour certains passages !


Et comme on ne recule devant aucun sacrifice chez Game Cover, nous avons voulu exorciser un vieux démon, en terminant le TMNT sur NES. Et ça soulage !


Ainsi, nous allons plutôt nous attaquer à ces jeux sur le fond. Le gameplay reste identique et fidèle à leurs versions d’origine.


Pimp my Turtle


Commençons avec le menu choix des jeux : il est possible de changer la région du titre, entre USA et Japon, pour pouvoir constater quelques subtilités niveau gameplay. Et point de version PAL ici, pas de 50Hz dégueulasse, et c’est un très bon point. Autre petite option : celle de regarder le jeu. Cela permet de voir le jeu se jouer devant vos yeux, et de profiter d’un longplay tranquille dans votre canapé. Mais la véritable originalité de ce concept, c’est de pouvoir prendre la main quand vous le souhaitez ! Avancez la « vidéo » jusqu’au passage voulu, et choisissez « Jouer » et c’est parti ! Un ajout intéressant à bien des niveaux, pour s’entraîner ou juste revoir un passage en particulier. Il est possible aussi de revenir en arrière, refaire le passage et se perfectionner sans se retaper tout le jeu.


Enfin, il est possible d’activer ou désactiver des améliorations, qui varient selon chaque jeu. Choisir un niveau de départ, vies infinies… Majoritairement des cheats, qui vous permettront là encore de jouer à votre façon.

TMNT


Il est possible de remapper les touches pour que chacun ait son petit confort. L’originalité de cette compilation vient de la possibilité de revenir en arrière en cas de pépin, en rembobinant le jeu en cas d’échec critique, ou pour optimiser un passage en particulier. Fonctionnalité que l’on retrouve sur beaucoup de compilations du genre, notamment chez Konami la compilation Castlevania Advance. Son utilisation reste un débat au sein de bien des discussions entre joueurs, entre le camp des puristes, et celui des joueurs qui apprécient la souplesse de la chose, rendant parfois certains jeux plus accessibles. Utilisé à des fins d’entraînement, il s’agit certainement d’un outil intéressant, sauf si vous aimez recommencer des heures de session de jeu pour avoir foiré un passage. Mais c’est justement la beauté de la chose : vous avez la liberté de faire ce que vous voulez !


Avec le bouton supérieur droit de votre manette, vous ouvrirez un menu de pause, qui permettra quelques fantaisies. Déjà, de faire une pause dans une version arcade, pratique en cas de besoin pressant. La possibilité de sauvegarder ou charger à la volée est aussi une option pratique pour reprendre rapidement votre progression. Attention cependant, il n’y a qu’une sauvegarde possible par jeu !
Le guide de stratégie est aussi accessible via ce menu. Différent selon chaque titre, il se présente comme un article de magazine de jeux dans les années 90 (un coucou à toi qui a lu Player One, Joypad et consors) Plein d’astuces s’offrent à vous, ou de petits clins d’oeil sympathiques, pour approfondir votre expérience de jeu. Un énorme plus qui donne du cachet à TMNT : the Cowabunga Collection. Il est même possible de retrouver toutes ces astuces dans un seul endroit, mais nous y reviendrons.

TMNT


Revenons au menu pause, qui dispose également d’options pour changer le format de l’écran (l’écran large étant disponible, mais déforme juste l’image de 4:3 en 16:9), de filtres pour adoucir le rendu ou le rendre plus authentique avec par exemple un filtre TV, et enfin la possibilité d’activer ou désactiver la bordure en jeu.


Allez, venez, et entrez dans la planque


Certains titres sont jouables exclusivement solo ou en coopération locale, mais une liste de jeux de la TMNT : the Cowabunga Collection est aussi jouable en ligne ! 4 jeux sont ainsi jouables, ce qui est super sympa pour profiter de jouer avec des amis qui ne sont pas forcément proches.


Mais un autre élément est aussi calé sur le menu de base : la planque des tortues. Vous y retrouverez une montagne d’informations sur l’univers des Tortues ! Les coulisses des jeux, avec des artworks, des croquis de conception, des documents de gameplay…


Mais aussi toutes les musiques de tous les jeux, le guide de stratégie avec une tonne d’astuces et de petites informations intéressantes sur chaque jeu. Les boîtes et manuels, des pubs, catalogues, bandes dessinées ou des images de chaque saison du dessin animé, c’est un nid de goodies assez incroyable. Que vous soyez fan ou curieux de l’univers de TMNT, ce genre de contenu différencie la compilation fainéante d’un jeu qui transpire la passion.


Entre la quantité de jeux, des modes de jeux, des possibilités de personnalisation et de la gigatonne de contenu de la planque des Tortues, TMNT : the Cowabunga Collection s’impose comme un must pour les nostalgiques comme pour les curieux ou les fans de bons beat’em up. Un travail de qualité de Konami, qui en plus propose ce titre à un tarif intéressant.

Plus
  • Une compilation très complète
  • La Planque des Tortues qui offre un contenu colossal
  • Pouvoir jouer à Tournament Fighter NES sans vendre un rein
  • Un prix honnête
Moins
  • Manque certains jeux jouable en ligne
  • Le menu en mode BD qui manque un peu de lisibilité
  • Pour certains, le mode rembobinage est une hérésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.